Le 9 janvier 2012, dans le Palais des Congrès luxueux de Zurich, le gratin du football et des journalistes est réuni, en tenue de soirée plus ou moins remarquable (cf la robe très « Roger Rabbit » de Shakira) pour la remise du FIFA Ballon d’Or 2011.
Ce qui a retiré mon attention pendant cette soirée ?
Pas les murmures voire les grondements à l’arrivée de Ronaldo (O phenomeno, pas Christiano) du fait de sa prise de poids impressionnante, ni le discours sur les maux du foot réduits aux seuls horribles « betting companies » (affaire Simone Farina en Italie), ni la classe et la modestie de Sir Alex Ferguson, ni encore le discours de François Morinière qui avouait être ce soir-là « comme un gamin » !
Je retiendrai plutôt deux points :

1. La transformation de la cérémonie de remise du Ballon d’Or. La collaboration entre la FIFA et le groupe Amaury est à mon avis extrêmement bénéfique au trophée et à ses retombées. Même si le Ballon d’Or était déjà une référence, la force de ces deux institutions du sport et des médias est évidemment un atout pour sa bonne organisation et son audience. Mais l’événement s’est aussi enrichi avec la participation des fans de football dans l’attribution de certains prix, la mobilisation des meilleurs joueurs par la FIFA, l’ouverture aux médias du monde entier et la cérémonie qui tutoie maintenant les Oscars ou les MTV Music awards!

2. Le (seul) moment d’émotion de la soirée : les remerciements du président de la Fédération  Japonaise adressés au monde du football, suite à la catastrophe de Fukushima. Le message du Président Junji Ogura qui recevait le prix du fair play (un peu bizarre cependant de ne pas lui attribuer le prix du président ou un prix spécial) était très sincère et sans artifice, un vrai témoignage sur la force du sport et de la mobilisation qu’il rend encore possible.

En bref, le Ballon d’Or est monté en gamme, bravo aux organisateurs!

Maintenant, d’un point de vue strictement sport business, il reste à étudier si une ou plusieurs marques pourraient être associées à cet événement… Mais sera-t-il possible de cohabiter avec les marques déjà très fortes de la FIFA et du Ballon d’Or ?